Youtube  Slideshare  RSS  Linkedin  Viadeo

Le lieu où des acteurs se retrouvent pour inventer des actions futures

L’entretien du président du FFFOD ci-après est extrait du numéro spécial des Nouvelles brèves du C2R Bourgogne.
Numéro spécial FOAD - octobre 2007 - Formation Ouverte et ou à Distance (fichier pdf - 76 Ko)
 
Le Conseil régional de Bourgogne accueillera à Dijon les 2, 3 et 4 avril 2008 les 7èmes rencontres du Forum français pour les formations ouvertes et à distance (FFFOD). Une édition qui devrait aborder la «nouvelle donne de la FOAD» à l’heure du nouveau paysage de la FOAD né du désengagement de l’Etat et de la régionalisation. Jacques Bahry, président du FFFOD (1), nous en dit plus sur cet évènement majeur.

Les Nouvelles Brèves. Depuis 3 ans, l’organisation des Rencontres du FFFOD prend appui sur les Conseils régionaux. Pourquoi cette configuration ?

Jacques Bahry
: La formation est maintenant l’affaire des régions. Certaines sont très engagées dans la promotion des FOAD, comme la région Bourgogne. Nous comptons au FFFOD sept régions membres, soit par le Conseil régional lui-même, soit par le CARIF(2) : Lorraine, Aquitaine, Centre, Pays-de-la-Loire, Basse-Normandie, Champagne-Ardenne et
Bourgogne.
La Lorraine nous a accueillis en 2004, l’Aquitaine en 2006 et nous sommes très heureux d’être reçus par la région Bourgogne en avril 2008.

LNB Et qu’est-ce qui a motivé le choix de la région Bourgogne pour les 7èmes Rencontres ?

J.B. : Nous comptons deux membres actifs en Bourgogne : le GIFOD et le C2R Bourgogne (qui a notamment une mission CARIF), qui ont servi d’intermédiaires avec le Conseil régional de Bourgogne. Ce dernier a vu l’intérêt pour la région de recevoir nos Rencontres pour informer et mobiliser les acteurs sur les FOAD.
En effet, les Rencontres du FFFOD sont le lieu où des acteurs issus de domaines différents (régions, entreprises, branches professionnelles, prestataires de formation) se retrouvent pour se connaître d’abord, échanger des points de vue et inventer si possible des actions futures.

LNB Le FFFOD parle de «nouvelle donne de la FOAD». Pouvez-vous nous expliquer ce qu’il en est ?

J.B.
: Depuis mars 2006 et nos Sixièmes Rencontres à Bordeaux, «la FOAD au carrefour des chemins», où nous avons constaté que nous étions à la fin d’un cycle (l’avènement, l’emphase et l’éclatement de la bulle), le paysage de la FOAD a sensiblement changé.
D’un côté, il n’y a plus d’homogénéité, ni de politique nationale avec le désengagement de l’Etat et la régionalisation de la formation. D’un autre côté, les acteurs privés continuent à se concentrer. Certains ont disparu, d’autres ont intégré des sociétés plus importantes ou de gros organismes de formation «classiques».
Sans coordination des acteurs et des politiques régionales de FOAD, nous risquons de voir se creuser les inégalités entre les régions, les branches professionnelles et les salariés ; nous aurons alors deux types de formation : une formation «classe économique» pour les TPE/PME, les régions et branches pauvres, et une formation «classe affaire» pour les grandes entreprises, les régions et les branches riches qui ont la volonté d’investir dans la création de FOAD.
Plusieurs données de la situation présente sont à interroger pour savoir vers quoi on tend. Comme par exemple les nouveaux outils du Web 2.0 qui pourraient modifier cet ordre parce qu’ils sont moins chers, interactifs et plus faciles d’accès. Ou encore l’engouement des entreprises pour l’évaluation en ligne et la certification qui font travailler les entreprises de e-learning. C’est justement ce que nous ferons aux prochaines Rencontres sans préjuger du titre de la manifestation.

LNB Le FFFOD envisage de changer de nom... qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

J.B.
: C’est parce que le sigle FOAD, qui est repris dans celui du FFFOD, n’est ni très beau ni très pratique. Notre décision n’est pas arrêtée d’autant plus que les propositions que nous avons pu entendre n’étaient pas «terribles». FOAD est à l’origine une traduction laborieuse de «open and distance learning». On parle de plus en plus aux USA de «technology supported learning», c’est plus approprié mais tout le monde est désormais habitué à FOAD et le flou de son champ sémantique a l’avantage de ne rien rigidifier pour un domaine en évolution permanente. Alors ?

1) Les activités du FFFOD ont pour objectif principal de promouvoir la formation ouverte et à distance. Elles sont organisées en fonction des besoins et des attentes de ses membres. Elles permettent ainsi de contribuer à la réflexion, aux propositions, aux échanges d’information et de créer ou de développer des liens à l’intérieur de différents réseaux.
2) CARIF : Centre d’animation et de ressources de l’information sur la formation

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Le FFFOD, le forum des acteurs de la formation digitale – 4 Avenue du Stade de France, 93210 Saint-Denis - +33 (0) 966 96 06 52