Youtube  Slideshare  RSS  Linkedin  Viadeo

Les évolutions réglementaires ont accompagné celles des modes d'apprentissage

Cet article de Knock Billy du Quotidien de la formation du 9/11/2015 est publié avec l'aimable autorisation de son auteur et du Quotidien de la formation.

actualite-de-la-formation


L’assouplissement de la réglementation et la fin de l’imputabilité impactent considérablement les pratiques de digital learning. En effet, « la loi fondatrice de 1971 avait un souci majeur, celui d’éviter de mélanger temps de formation et temps de travail. Le contrôle du temps a été un élément bloquant pour le développement de la formation ouverte et à distance. La création du Forum français pour la formation ouverte et à distance (FFFOD), il y a vingt et un ans, a permis d’aider les acteurs à lever les barrières qui entravaient ce développement. Et, la publication, en 2001, de la circulaire DGEFP permettant de réformer les règles d’imputabilité des dépenses liées à la FOAD a été une avancée », a rappelé Jacques Bahry, directeur des relations professionnelles au groupe Lauréat et président du FFFOD, lors du salon Nouvelle vie professionnelle organisé le 4 novembre par le groupe AEF. Mais, a-t-il ajouté, « la grande victoire des acteurs de la formation en ligne est d’avoir obtenu que la FOAD soit enfin reconnue comme une modalité d’action de formation dans la loi du 5 mars 2014 ». Peut-on alors dire que les principaux freins du développement de la FOAD sont pour autant levés ? « Presque, mais un travail est en cours pour lever le reste des obstacles et permettre à la cette modalité de formation de s’épanouir. Car la loi et les décrets d’application ne comportent pas certaines précisions », a répondu le cofondateur du FFFOD.

Le recours aux formations multimodales accéléré par la réforme

Mais les entreprises n’ont pas attendu les évolutions réglementaires pour développer des outils pédagogiques innovants. Celles-ci ont adopté, depuis de nombreuses années, le digital learning. « Les acteurs de la formation en entreprise sont depuis longtemps convaincus de la nécessité de former autrement. La réforme n’a fait qu’accélérer le recours aux formations multimodales et ouvrir le champ des possibles », a rappelé Jean-Philippe Taïeb, président du groupe Naxis et président de la commission innovation & multimédia à la Fédération de la formation professionnelle (FFP). Cependant, pour les prestataires de formation, il est essentiel de se tourner vers les donneurs d’ordre pour savoir avec précision leurs attentes et adapter les modalités à leurs besoins, car de nouvelles contraintes les obligent à dépenser autrement pour le développement des compétences de leurs salariés. Pour Olivier Gauvin, directeur de l’offre de formation chez Opcalia, face à l’évolution des modes d’apprentissage, des lieux de formation et des objectifs d’apprentissage, la FOAD est un outil efficace d’adaptation. Et, autant, les entreprises, les prestataires que les Opca doivent travailler pour s’y adapter.

Le responsable formation doit combiner les modalités

Les acteurs de la formation doivent prendre en compte l’émergence de nouveaux outils dans nos vies et leurs impacts sur nos modalités d’apprentissage. Au sein de l’entreprise, par exemple, le génie du responsable formation doit être de savoir choisir le bon mode de formation par rapport au public. Il doit savoir combiner toutes les modalités de formation et les différents outils pédagogiques pour répondre juste à temps et de façon transparente aux besoins de développement des compétences des salariés. L’enjeu étant, après, de pouvoir évaluer l’impact de ces choix sur leur performance. Une étude sur l’impact du numérique sur le métier de la formation que vient de lancer l’observatoire des métiers de la FFP permettra sûrement d’aider les responsables formation dans leur mutation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Le FFFOD, le forum des acteurs de la formation digitale – 4 Avenue du Stade de France, 93210 Saint-Denis - +33 (0) 966 96 06 52