Youtube  Slideshare  RSS  Linkedin  Viadeo

Jacques Bahry plaide pour l’introduction de la rémunération forfaitaire

actualite-de-la-formation

Article de Nicolas Deguerry paru dans le Quotidien de la formation du 9/12/2016.
Cet article est diffusé sur le site du FFFOD avec l'aimable autorisation de Centre Inffo.

L'article sur le site de Centre Inffo :
http://www.actualite-de-la-formation.fr/le-quotidien-de-la-formation/articles-2016/il-faut-introduire-la-remuneration-forfaitaire-jacques-barhy-fffod.html


L’épineux chapitre de la prise en charge du coût de la formation n’a pas encore été digéré par l’ensemble des acteurs de la formation ouverte et à distance. C’est dans ce contexte que le Forum français des acteurs de la formation digitale (FFFOD) s’apprête à ouvrir un nouveau chantier. Pour son président Jacques Bahry, c’est maintenant la « rémunération forfaitaire » qui est le nouveau défi à porter auprès des pouvoirs publics. Il nous a expliqué pourquoi lors des 14èmes Rencontres du FFFOD organisées les 6 et 7 décembre 2016 à Clermont-Ferrand autour de la multimodalité.

Jacques Bahry le rappelle d’emblée, le FFFOD, créé pour promouvoir le développement des formations ouvertes et à distance, a toujours considéré que l’une de ses missions premières était d’œuvrer à la modernisation du système de formation français : « Depuis sa création il y a maintenant vingt et un ans, le FFFOD s’est attaqué au cadre légal qui constituait un frein au développement de la FOAD en France, d’autant plus qu’il rejetait, et rejette d’ailleurs toujours largement, la formation hors temps de travail. » Preuve que le combat peut être long, presque quinze ans séparent la première victoire — obtenue en 2001 avec la circulaire DGEFP sur l’imputabilité des FOAD —, de la légitimation de la FOAD comme action de formation à part entière par la loi du 5 mars 2014. L’histoire aurait pu s’arrêter là si la pratique n’avait révélé une « perversion du système », qui a notamment consisté à « assimiler les temps de formation en FOAD à des temps de connexion ». Une « véritable absurdité » selon le président du FFFOD, qui a conduit l’association à travailler à l’élaboration d’une foire aux questions [3] réalisée en collaboration avec la DGEFP et le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), pour ramener les acteurs à de « bonnes pratiques ». Et notamment rappeler que « la loi de 2014 renvoie la preuve d’une FOAD aux travaux réalisés, ce qui est infiniment plus probant que la signature d’une feuille de présence ».

Ce que les développements de la FOAD ont aussi entraîné, c’est aussi l’essor de la multimodalité. Jacques Bahry le souligne, plus que la capacité à répondre à des besoins massifs de formation et à générer des économies d’échelle, la FOAD, désormais synonyme de formation multimodale, permet surtout la réalisation d’une « meilleure formation » en permettant de « prendre en compte les demandes croissantes de personnalisation ». Et ici intervient la notion de « parcours » opportunément introduite par la loi Travail du 8 août 2016. Car pour le président du FFFOD, « sauf à tomber dans des cours particuliers », ce qui est personnalisable est bien le parcours et non la seule action de formation. D’où sa satisfaction de voir le législateur entériner l’idée qu’un parcours [4] comporte, outre des séquences de formation, d’autres actions – positionnement, accompagnement, évaluation – qui peuvent former un tout donnant lieu à règlement forfaitaire. Tout en saluant l’avancée, il regrette cependant que ni la loi de 2014, ni la loi de 2016, ni la FAQ, n’évoquent le « sujet brûlant de la rémunération » : il en est convaincu, la prochaine victoire pour le FFFOD sera donc d’ajouter à la notion de « coût forfaitaire » celle de la « rémunération forfaitaire ». Ceci car l’un des avantages de la FOAD étant de permettre la personnalisation des rythmes d’apprentissage, il en ressort qu’ « une même formation peut très bien avoir des durées de formation différentes ».



Notes

[1] FAQ – La prise en charge financière des formations ouvertes et/ou à distance (FOAD) après la loi du 5 mars 2014. Voir notre article.

[2] Aujourd’hui limité au contrat de professionnalisation.

[3] FAQ – La prise en charge financière des formations ouvertes et/ou à distance (FOAD) après la loi du 5 mars 2014. Voir notre article.

[4] Aujourd’hui limité au contrat de professionnalisation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Le FFFOD, le forum des acteurs de la formation digitale – 4 Avenue du Stade de France, 93210 Saint-Denis - +33 (0) 966 96 06 52