Youtube  Slideshare  RSS  Linkedin  Viadeo

« La génération à venir aura tellement baigné dans un environnement numérique que l’enseignement traditionnel ne sera plus adapté à ses habitudes » (Jacques Bahry, président du FFFOD)

Article du Quotidien de la Formation du 16/11/2011 de Benjamin d'Alguerre reproduit avec l'aimable autorisation du Centre Inffo.

« La neuvième édition du Forum français pour la formation ouverte et à distance (FFFOD) rencontre une belle affluence. C’est un signe : la FOAD est un sujet qui intéresse un nombre croissant d’acteurs de l’éducation, de la politique et de la formation professionnelle ! » Interrogé à Orléans le mardi 15 novembre 2011 par le Quotidien de la formation Jacques Bahry, président du FFFOD et représentant de la Fédération de la formation professionnelle (FFP) a présenté un exemple très concret de l’appropriation de ce sujet par les politiques.

« Le discours introductif tenu François Bonneau, président de la Région Centre, ne fut en rien un simple discours d’accueil : il s’agissait, au contraire, de propos soulignant la réelle connaissance des enjeux de la formation ouverte et à distance d’un élu régional ».
En effet, aux yeux du président du Forum, la FOAD connaît deux niveaux d’innovation. Si le premier est international, le second, que Jacques Bahry qualifie de « niveau de terrain » se déploie au sein des territoires en tenant compte des pratiques des usagers au plan régional. « Consolider les initiatives locales en matière de formation à distance se révèle capital » a-t-il indiqué. "A distance", justement… Ce terme n’entre plus forcément en résonance avec les nouveaux outils disponibles ? « Faut-il encore parler de distance dès lors qu’un enseignant ou qu’un formateur est présent en ligne auprès de ses apprenants en temps réel ? ». De fait, au terme de FOAD qui s’avère « suffisamment flou pour que chacun comprenne les problématiques qu’il implique », le président du FFFOD préfère cependant celui de "pédagogie appuyée sur des outils numériques". « Mais après tout, peu importe la terminologie » a-t-il souligné, « le FFFOD a d’autres combats à mener que celui des termes employés pour désigner ces dispositifs de formation. Les prochaines générations imagineront sans doute une désignation plus adéquate ».

"Former ou accompagner l’acquisition formelle et informelle des savoirs ?"

Car, au-delà de la question terminologique, le vrai sujet sur lequel impliquer les acteurs de la formation ouverte et à distance demeure la montée en puissance de cette dernière. « L’époque des pionniers est terminée » a annoncé Jacques Bahry, « et les innovations présentées au cours de cette neuvième rencontre, qu’elles proviennent d’institutions comme le Cned ou l’Afpa et de groupes tels que Total ou l’eXia.Cesi constituent la preuve de l’existence d’une problématique de fond : celui de la "formation autrement" qui remettra peut-être en cause la pédagogie traditionnelle ». Ainsi, les différentes expériences observées au fil des années ont convaincu le président du FFFOD que le développement des outils numériques consacrés à la formation « ne sera pas le fait des pionniers, mais de leurs enfants, car cette génération aura tellement baigné dans un environnement numérique que l’enseignement traditionnel ne sera plus adapté à ses habitudes ! »

« S’agira -t-il, à l’avenir, de réellement former ou d’accompagner l’acquisition formelle ou informelle des savoirs » s’est interrogé Jacques Bahry. « Peut-être ce débat sera-t-il l’objet d’une prochaine rencontre des acteurs de la FOAD ? » Une question qui amène celle de l’imputabilité des actions de formation de la génération à venir. « Cette imputabilité ne constituera, peut-être, qu’une modalité parmi d’autres de l’accès aux connaissances ».

Dans cette optique, les rencontres du FFFOD, depuis plusieurs années, s’ouvrent à d’autres professions que celles relevant des domaines de la formation ou de l’enseignement. Lors d’un précédent forum, un représentant des bibliothécaires et documentalistes était venu présenter les évolutions induites par le numérique dans sa profession. En 2011, c’est Francis Pisani, journaliste indépendant, écrivain et blogueur (Transnets, Winch5) qui était venu témoigner de l’influence du Web 2.0 et de ses applications dans les domaines de l’information. « Il est important que le monde de la formation demeure informé des idées, des perspectives et même parfois des inquiétudes suscitées par l’évolution des outils numériques dans d’autres professions » a estimé Jacques Bahry. « Leurs expériences peuvent aussi devenir les nôtres ! »

Le FFFOD, le forum des acteurs de la formation digitale – 4 Avenue du Stade de France, 93210 Saint-Denis - +33 (0) 966 96 06 52